Hockney, le Fixateur de couleurs

Et Révélateur de perspectives! Si comme moi, vous pensez que David Hockney se résume au peintre des piscines et des couleurs flashy, vous serez surpris de découvrir les multiples facettes de l’artiste au cours de la rétrospective qui se tient jusqu’au 23 octobre 2017 au Centre Pompidou.

Inspirations

Tea Painting in an Illusionistic Style, 1961

Il peint en empruntant aux grands maîtres (Bacon, Matisse, Balthus, cubistes…) ou en réaction au courant en vogue du moment (formalisme).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un fabuleux portraitiste

Il travaille d’après photo. Ses doubles portraits, notamment, sont remarquables en ce qu’il révèlent, aussi, de la relation entre les protagonistes.

Mr and Mrs Clark and Percy, 1972
My Parents, 1977

La photo multiple

Il use de la photo comme outil pour composer ses toiles avant de les peindre ; mais aussi en tant que medium pour décomposer une scène, expérimenter avec les panoramas. Il joint ensemble des polaroids, des photos. Les détails forment un tout. Le photomontage montre une simultanéité d’instants.

Pearblossom Highway, 1986
The scrabble game, 1983

Ses recherches s’étendent à la vidéo, à l’Ipad ou à l’Iphone. Son installation vidéo « The Four Seasons » consiste en 4 écrans (se faisant face 2 par 2) qui projettent simultanément le même sentier mais en quatre saisons différentes. Sa démarche n’est pas sans rappeler les séries de Monet – peintre que Hockney admire.

The Four seasons, 2010-2011, Installation vidéo

Perspective inversée

La peinture d’Hockney démontre aussi de cette volonté d’embrasser plusieurs points de vue sur une même surface, à l’instar des cubistes en leur temps. Les paysages sont « enveloppants » et affichent tout un panorama sur la même toile, en une perspective dont les lignes de fuite s’élargissent vers l’horizon.

Garrowby Hill, 1998

Sphash!

Enfin, en fil rouge, bleu : toujours la piscine, turquoise, aux reflets changeants et qui sent le chlore… L’eau azurée est de toutes les formes, de toutes les techniques, de toutes les expérimentations. Luxe, calme et volupté…

Sunbather, 1966

Impossible d’y échapper. Allez-y, plongez!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *